Chez Poulette
Bienvenue Chez Poulette.
Poule de Houdan.
Poule Pictave.
Le lapin-chèvre.
Mouton de Belle-île.
Elevage.
Disponibilités.
Contacts.
Bienvenue Chez Poulette.Poule de Houdan.Poule Pictave.Le lapin-chèvre.Mouton de Belle-île.Elevage.Disponibilités.Contacts.
Elevage et Sélection de Volailles de Race Pure
Mise à jour le 23 mai 2018  -  Copyright © 2009-2018 - Chez Poulette (http://levirouil.free.fr) - Tous droits réservés. Reproduction interdite.
Toutes photographies et vidéos sont propriété de C. PAVIE - http://levirouil.free.fr

 

Quoi de plus banal qu'une poule...

                              ..... et quoi de plus complexe à la fois ?

 

Animal familier et connu de tous, la poule reste un animal complexe avec des caractéristiques et des besoins spécifiques à son espèce. Pourtant, tout le monde dit savoir s'occuper des poules ! : "il faut toujours ... et jamais....". Méfions nous des grandes vérités, des idées reçues et des faux connaisseurs.

 

Il faut dire que l'animal ne laisse pas indifférent, son allure unique, ses manies de tout gratter et tout picorer... Et ses rôles utilitaires ! Au fond, qu’est-ce qui vous attire chez la poule ? Le chant du coq qui vous rappelle certains souvenirs ? La magie du premier oeuf ? Sa simple compagnie ? Le plaisir de la voir évoluer dans votre jardin ? Son rôle éminemment écologique ?

Une poule ! ...

Elle sont peu nombreuses : pour travailler bien il faut travailler peu de races.

 

 

Races Françaises

 

Grande race : la Poule de Houdan que je considère comme un emblème oublié de la fierté agricole et avicole d’avant 1900, un des plus remarquables fleurons de l’aviculture et de la gastronomie Française. La Houdan « d’époque » a été remplacée par une poule essentiellement décorative ayant perdu une grande partie de ses atouts fermiers. Je travaille à redonner à la Houdan ses lettres de noblesse, en utilisant le standard de ... 1858 ! Il s’agit donc d’une sélection en marge des concours de beauté, mais parfaitement inscrite dans la sélection que mérite une volaille aussi remarquable à bien des points de vue. L’essentiel de mon élevage est au service de cette race mythique, qui mérite tous les efforts et toute la rigueur nécessaires pour retrouver son excellence passée. Mes lignées de Houdan sont élevées selon une sélection fermière extrêmement rigoureuse et suivant un plan d’élevage qui se projette plusieurs années à l’avance afin d’éviter les problèmes de consanguinité trop rapprochée.

 

Le lapin-Chèvre est une race endémique du Sud-Ouest, prolifique, rustique, adapté à la vie fermière, avec une chair exquise, mais malheureusement oublié ou dénaturé à cause de croisements hasardeux. Les lignées traditionnelles de lapin chèvre sont malheureusement devenues rares et de nombreux animaux croisés polluent les élevages. J’élève ce lapin exceptionnel selon les méthodes fermières traditionnelles, en clapier, au grand air toute l’année, et nourris au foin, un peu de céréales et du vert. Je sélectionne de façon rigoureuses selon le guide de sélection des lignées traditionnelles (document établi par l’association de sauvegarde du lapin chèvre) . J’ai la chance d’avoir plusieurs souches différentes, ce qui permet de travailler avec un plan d’élevage sans consanguinité.

 

J’ai laissé sur le site, pour le plaisir des yeux et pour les faire connaître, certaines races que je n’élève plus : Poule Pictave, Mouton de Belle-île.

A la mémoire des artisans avicoles des Temps Jadis
Races
Sélection

Mes critères de sélection sont ceux qui ont permis aux races de faire toute leur renommée. Ce ne sont pas ceux qui servent nécessairement à gagner des coupes aux concours avicoles.

La sélection est un art complexe qui requiert connaissances, savoir-faire, patience, rigueur et observation.

 

A mon grand désespoir les principaux critères de sélection à la mode actuellement sont ceux permettant de gagner des coupes, donc les critères purement esthétiques des concours avicoles.

Or ce critère est le moins utile à une race, sauf race purement ornementale !  (et encore...)

 

Ce que l’on attend d’une volaille fermière (et même d’ornement) c’est qu’elle exprime ses aptitudes naturelles : qualité de ponte, qualité de chair, rusticité, efficacité du métabolisme, instinct, caractère familier, qualités maternelles, etc... en fonction de la race.

Et, que son apparence soit conforme au standard ! Allier le bon et le beau, marier la Belle et la Bête. Élever ainsi était une évidence jusqu’à il y a 50 ans, les livres en témoignent ! C’est devenu « hors sujet » actuellement, ce qui est très préjudiciable à la pérennité et l’avenir des races, certaines commencent déjà à en faire les frais (fragilité des souches, perte de la masse, etc...).

Ne pas confondre naisseur et sélectionneur !

Alimentation

C’est la clef de voûte de l’élevage, véritable fil rouge des saisons : obtenir l’alchimie entre la race, la sélection et les ressources naturelles du terroir.

L’élevage est un véritable laboratoire à qui se montre curieux d’esprit, un lieu d’expériences et de calculs, un mariage fragile qui lie la tradition, l’expérience, le terroir, l’observation du quotidien et la science.

 

L’utilisation des granulés est contraire à mes objectifs, contraire à la sauvegarde du patrimoine du savoir-faire. Qui est encore capable de faire correctement grandir correctement une poule sans granulés ? Et un lapin ? Qui connaît la physiologie des animaux qu’il élève ? Qui connaît la composition des matières premières qui l’entoure ?

 

J’adapte la composition des aliments que je donne aux animaux en fonction des besoins liés à l’âge de l’animal, de son état, mais aussi et surtout en fonction des ressources locales et des variations climatiques (pluie, chaleur, refroidissement, etc...).

 

Lorsque je dit que j’utilise régulièrement les huiles essentielles (voire certaines épices) comme outil préventif ou thérapeutique, n’allez pas croire que je sois « en avance ». J’ai retrouvé des écrits préconisant leur utilisation dans un livre de ... 1930.

 

Maintenir une alimentation naturelle, c’est aussi sélectionner les animaux capables d’en tirer profit. C’est donc oeuvrer à maintenir des souches animales capables de tirer profit des ressources locales - l’efficacité métabolique fait partie de mes critères de sélection.

A travers la démarche de mon élevage, je souhaite participer à la sauvegarde de quelques races anciennes devenues rares et menacées.

 

Mais aussi, à travers un travail de recherches et d’expériences, faire revivre des méthodes et traditions pas si lointaines, et participer de fait à la sauvegarde du savoir-faire (du « savoir-faire naître » au « savoir cuisiner »).

 

Enfin, s’il m’est possible de pouvoir transmettre un peu ce que chaque jour m’apprends, alors tout ceci aura un peu de sens.

Bref

visiteurs ... Merci !

 

Pour rester informé

en temps réel,

rejoignez Chez Poulette

sur Facebook

et cliquez sur « J’aime » !

 

 

 

Chez Poulette

Faites également la promotion de votre Page